Je t’aime, trois mots qui ont trop d’influence.

On va se le dire, les mots « je t’aime » sont considérés comme essentiels dans une vie de couple. Comme si dire je t’aime devait faire partie de ta relation, comme si c’était une obligation sans quoi ton histoire d’amour ce n’était pas le vrai amour, que c’était juste un passe-temps et que tu allais vite changer de partenaire.hands-437968_1920

Pourtant, ça fait un an et des poussières que je suis avec mon copain et on ne se l’est jamais dit. Pas une seule fois. JAMAIS. On en a parlé souvent de ces trois mots. Du fait qu’on ne se les disait pas. J’ai douté des sentiments qu’on avait l’un pour l’autre. Je nous ai comparés aux autres couples qui s’avouent leur amour après deux mois de relation, mais mon copain m’a rassuré. Et j’en ai plutôt conclu que ces trois mots si nécessaires ne l’étaient pas tant. On sait ce qu’on ressent l’un pour l’autre pis ce n’est certainement pas trois mots qui vont changer ça.

La pression, pourquoi ?

Nos amis nous mettent souvent la pression pour qu’on se le dise. « Voyons, dites-vous que vous vous aimez ça pas de bon sens ! ». Pas de bon sens ? Se tenir sur un pied avec la langue sortie sur un classeur de ta job en chantant du Carmen Campagne, ÇA ça a pas de bon sens ! Ne pas dire « je t’aime » parce que tu trouves que ce n’est pas nécessaire c’est tout à fait normal. Entk pour moi ça l’est. Notre histoire d’amour, pour l’instant, on la vit avec des gestes et des intentions qu’on se fait l’un envers l’autre.

Peut-être qu’un jour on va se dire les mots « je t’aime » ou peut-être pas. On verra à ce moment-là. Une chose est sure, c’est qu’on ne se met pas la pression pis on vit pleinement ce qu’on a à vivre ensemble.

Publicités

Mon rêve de vie

J’ai toujours cru qu’aller à l’université c’était mon rêve de vie, j’ai toujours pensé que mon seul et unique but dans la vie c’était ça et rien d’autre. Même pas avoir la belle p’tite vie de famille pis 3 enfants parfaits, non, juste l’université et avoir une carrière. Ce que je voulais plus que tout c’était de me rendre aux études supérieures, pis de montrer comment j’étais « hot », comment je pouvais être intelligente parce que je me serais rendu là. Eh ben, je me suis rendu là, à l’université.

Je me suis vite rendu compte que c’était pas pour moi c’t’affaire-là. J’ai jamais vraiment voulu abandonner pourtant, en même temps, j’suis une fille obstinée. J’ai été tête de mule pendant 3 ans, 3 ans à essayer d’aimer les cours universitaires. Pour moi, ça a jamais marché. La seule et unique raison pour laquelle je me rendais à l’université « heureuse » c’est parce que j’allais faire le party après les cours, j’allais voir mes amis. Les cours: Nada, je détestais. Après 3 ans, je me dis que j’aurais dû arrêter ça plus tôt pis aller faire autre chose. Quelque chose de mieux, entk, de mieux pour moi. Pourtant je regrette rien. Si j’étais pas restée là pendant toutes ses années, j’aurais probablement pas côtoyé autant de gens, j’aurais probablement pas les mêmes amis, et dieu sait que j’ai des amis en or.(moment quétaine ici).

Finalement, je conclus que la vie nous mène là où ça y chante… Elle a voulu que j’aille ce parcours et je l’ai suivis à la lettre. Maintenant j’ai juste à attendre qu’elle me dirige vers une nouvelle voie! Peut-être que ce sera la bonne… Entk j’espère, parce que ben franchement je suis peut-être encore jeune, mais j’pourrai pas dire que je suis « encore jeune » pis que j’ai l’temps en masse de trouver ma voie tout le reste de ma vie. Un moment donné je vais être vieille pis j’aurai rien accompli. Ce serait plate…